mardi 16 mars 2010

LA REVANCHE DES BCBGS


"Les Arts sont à la recherche du temps perdu , peut-être l'ont ils trouvé du côté de chez Swan * "

L'intelligentsia n'a jamais été autant au goût du jour : Cinéma studieux , Arts Plastiques cérébraux,  défilés intellos ou compositions surdouées , les artistes d'aujourd'hui sont des rats de bibliothèques et n'hésitent plus à revendiquer des références littéraires ou philosophiques , d'apparence désuètes . On pense aux belles années des cafés culturels de Boris Vian , version 2010 .  Enquête d'un revival de binoclards au QI de 160 ...
* Référence à deux oeuvres de Proust


Mode : Vive le néo BCBG !

Soquettes dans les baskets , robe de parfaite écolière ou cardigan du dimanche , tous les atours phare de l'intello s'avèrent revisités cette année : détournés en pièces grunge , chahutés avec des détails plus dévergondés , le BCBG est pointu , séduisant , plus moderne que jamais .

Un relookage confirmé chez la très classique créatrice anglaise Margaret Howell qui a revu avec malice le vestiaire Somerset tout droit sorti d'un film de Polanski ; mais aussi le très chic Tommy Hifilger et ses silhouettes preppy dynamiques ou Sportmax ( filliale plus jeune Max Mara ) et sa réinterprétation rigoriste des basiques de sport de bonne famille .

 Le génial défilé écossais Pringle Of Scotland est aussi l'un des plus réussis de la saison , hautement portable et ingénieux , solidifié par l'héritage classique de la griffe .

Les demoiselles Philosophy ( Alberta Ferreti ) à robe en dentelle et faux col , les élèves de Jill Sanders en twin set à carreaux 3 dimensions ou les sosies de Kirsten Dunst ou Chloe Sevigny chez Band of Outsiders confirment cette lancée cultivée au caractère néanmoins bien trempé .


Jill Sanders pour Uniqlo dans une ligne ultra classique mais efficace , à prix plus démocratique qu'à l'accoutumée .

La mode propre sur elle fait des ravages au quatre coins du monde , remède certain à la crise et valeur sûre d'une armoire intemporelle adaptable à toutes les silhouettes et à tous les âges .

 Parmi les empires BCBG , on retrouve donc le désormais branché BCBG by Max Azria , l'éternel Ralph Lauren , l'incontournable enseigne APC , le géant Lacoste , mais aussi Agnes B , Steven Alan , Open Ceremony , Pendleton , Claudie Pierlot , Filippa K ,GAP , Whyred , See by Chloe , Fred Perry , Vanessa Bruno , COS , Le Mont St Michel , Jill Sanders pour Uniqlo , la liste est longue , à facture et intérêt variables .

L'engouement est tel que nombre de sites habituellement spécialisés dans le street wear ont vu leurs univers de prédilection élargis par cette influence plus snob et d'apparence moins rock'n roll ( les très fouillés  Hype Beast , High Snobiety ou Seletism en tête ) . 

 "Le chic d'aujourd'hui ? Mixer une paire de pompes hip/hop avec un cardigan "old school" structurés par une veste haute couture dénichée dans les fripes" assure l'un des adeptes de ce style multi-culturel .

Les aficionados d'aujourd'hui écoutent aussi bien Satie que du krautok ou du shoe gaze vrombissant , lisent Proust et Douglas Coupland , affectionnent Larry Clark et Desplechin , ce qui transparait avec subtilité dans leur allure .

 " L'intello est exigeant , il voit même une certaine dimension cérébrale dans le contact des tissus , le tombé et les coupes de chaque pièce , il exige que le créateur ait une certaine éthique , un univers cohérent et n'hésite pas à faire appel à sa grande culture pour paufiner ses tenues : Aujourd'hui , ensemble Jane Austen , ce soir robe Twin Peaks ... le tout annoté de références cocasses de poètes , écrivains lunaires et d'autres détails bohèmes . L'alcool , la drogue et la cigarette font partie intégrante de l'attirail . Après tout , les plus grands esprits du dernier millénaire n'étaient-ils pas des noctambules maudits mais érudits ?

Le paradoxe dans le retour fulgurant de ce style très esthète , c'est que l'intello ( du moins le vrai ) lui même se fiche complètement d'être à la mode , encore moins dans l'air du temps . " La Tendance , vague mouvement éphémère auxquel le commun des mortel s'attache comme un troupeau de moutons , est plus une faiblesse intellectuelle aux yeux du BCBG" .

A la différence du geek , le BCBG a renoncé à l'informatique : l'ordinateur , machine vicieuse qui aurait la prétention de dépasser l'intelligence humaine et de déformer le son des Nocturnes d'Arthur Rubinstein , l'exaspère . Féru de littérature , de cycles ciné ou de pièces de théâtre interminables , le BCBG cite , esquisse , s'enferme dans une bulle harmonieuse mais asociable . Cette époque semble révolue ... Les Nocturnes ayant vite été remplacées par les mélodies nettement moins paisibles de These New Puritains .

Aujourd'hui , la fréquentation des bibliothèques et des musées accroit de jour en jour ( même si certains les préférent "online" ) , les rétrospectives de génies disparus affluent ( Clouzot , Camus , Kitano ) : les gens n'hésitent plus à faire un saut dans le passé et le réhabilitent au présent .

 Les remarques aiguisées de Pascal sont toujours valables pour notre société , Jacques Audiard et ses films hautement spirituels font des vagues et conquissent une large couche de la population et les minis reproductions couture de Moby Dick d'Olympia Le Tan font littéralement baver les socialites . Savent-ils seulement ce qu'est Moby Dick au fond , car entre prétendre , arborer une culture riche et la détenir réellement , il existe bien un fossé .


Jules et Jim , chef d'oeuvre 100 % BCBG de François Truffaut ( avec Jeanne Moreau )

D'autres cinéastes intellos : Michael Haneke , Lars Von Trier , Fritz Lang , Akira Kurosawa , Thomas Vinterberg , Jim Jarmusch , Orson Wells ...



La jeune réalisatrice Mia Hansen-Love , nouvelle coqueluche des films d'auteur français ( Tout est pardonné , le Père de mes enfants ).


Moby Dick vu par Olympia le Tan ( Colette )


La musique reste un domaine plus compliqué à étudier , du moins d'un point de vue intellectuel . En écartant la musique classique , le jazz ou les chansons incompréhensibles de Marc Bolan - T-Rex - ( parodié à merveille par le clip Destitués des Inconnus ),  on pourrait citer ces groupes aux mélodies légères très abouties - majoritairement nordiques ( Royksopp , Télépopmusik , Erlend Oye , Sigur Ros , Lykke Li , Portishead ) ou ces musiciens prônant  une musique très planante et méditative ( le label Kompakt , les pionniers WARP tels Boards of Canada , Bibio , Plaid ... , le label Resting Bell et ses groupes prometteurs comme Herzog ) .


Sigur Ros , cerveaux en ébullition à Reykjavic

L'Art en général aime aussi suivre les traces des grands esprits : comme ce court métrage réalisé par Tarik Salah : "Metropia" , inspiré du célèbre 1984 de Georges Orwell

Derrière les illustrations à priori naïves se cachent également des raisonnements complexes et autres réflexions griffonnées sur une simple feuille de papier .( Ici Toby Triumph et ses rébus créatifs )



Mais cette ingéniosité n'en deviendrait-elle pas ingénue à force de s'exposer et de se revendiquer haut et fort ? Comme dirait M. Horovitz , illustre poète britannique qui aimait à critiquer notre société : " This is a new waste land" . Car dans ce monde prétendument ouvert, des injustices subsistent : seules les études dans les écoles les plus onéreuses font gravir des marches , seul un physique avenant suscite l'intérêt de la beauté intérieure ; les lettres ne dépassent toujours pas l'image , mais décorent simplement le paysage ... Un constat pessimiste mais malheureusement véridique .







Aucun commentaire: